L’éco-prêt à taux zéro, une aide pour réduire ses frais de travaux

Si vous souhaitez faire des travaux d’économies d’énergie dans votre logement, il existe de nombreuses aides qui pourront vous aider à diminuer votre budget. Parmi elles, figure notamment l’éco-prêt à taux zéro, plus connu sous le nom d’éco PTZ. L’éco-prêt à taux zéro est une aide financière octroyée par une banque dans le but de vous soutenir dans la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Ils doivent vous permettre de réduire la consommation d’énergie de votre logement et de le rendre plus vertueux. Ce crédit bancaire est destiné aux logements « anciens », c’est-à-dire que le parc immobilier neuf ne peut pas en bénéficier.

Comment bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro ?

L’éco-prêt à taux zéro peut être accordé à tous les propriétaires de maison. Le logement concerné par ce prêt doit faire office de résidence principale du propriétaire ou même d’un locataire. Sachez que les copropriétaires peuvent aussi prétendre à l’éco PTZ. Par ailleurs, il n’est exigé aucune condition de ressources pour avoir accès à l’éco-prêt à taux zéro, hormis si vous souhaitez le cumuler avec le crédit d’impôt, auquel cas, les revenus du foyer ne doivent pas dépasser 30 000 €.

Le montant du prêt et les conditions de remboursement

eco pretL’éco-prêt à taux zéro est fixé à 30 000 euros maximum par logement. C’est un crédit remboursable avec 0% d’intérêt pour le particulier, puisque les intérêts sont remboursés par l’Etat. Il n’y a qu’un seul et unique crédit pour tout logement. Pour le remboursement de ce prêt, l’emprunteur dispose d’un délai de 10 ans au maximum susceptible d’être prolongé à 15 ans pour de grands travaux.

Quels travaux pour bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro?

Les travaux qui permettent de prétendre au à l’éco PTZ doivent permettent de faire baisser la consommation énergétique de votre logement jusqu’à :

- une consommation énergétique inférieure à 150 kWhEP/m²/an, si votre logement consomme, avant les travaux, plus de 180 kWhEP/m²/an.
- une consommation énergétique inférieure à 80 kWhEP/m²/an, si votre logement consomme, avant les travaux, moins de 180 kWhEP/m²/an.

Pour y arriver, il vous faut renforcer l’isolation dans un premier temps : double ou triple vitrage, isolation des murs, des combles, du sol. Si votre isolation est irréprochable, vous pouvez améliorer votre système de chauffage. Par exemple, changer votre vieille chaudière par une plus performante et une plus économique comme une chaudière bois. Le bois est l’énergie la moins chère du marché !

Sur internet, vous pourrez trouver des bilans énergétiques gratuits et personnalisés pour savoir quels travaux vous devez mettre en place en priorité dans votre maison.