DES BAISSES DE TAUX IMMOBILIERS ENCORE POSSIBLES EN 2014 ?

taux-immobilier

Le début d’année 2014 aura été marqué d’une bonne nouvelle pour les emprunteurs : les taux des crédits immobiliers qui étaient repartis à la baisse fin 2013 (après une remontée durant l’été) se stabilisent à un niveau avantageux. A quoi peut-on s’attendre pour les prochains mois?

En janvier 2014, le taux moyen sur 20 ans s’affiche à 3,50% et aux environs de 3,15% pour un emprunt immobilier sur 15 ans. Les taux de janvier se situent tout juste à 0,15 point au-dessus du plus bas niveau historique atteint en mai 2013. Un niveau toujours très bas qui favorise les emprunteurs. D’après les analystes, cette situation pourrait perdurer et l’année 2014 devrait proposer des taux toujours très intéressants aux souscripteurs.

Analyse des crédits immobiliers pour l’année 2014

En effet, les banques sont soumises à une double pression. D’une part, soucieuses de soigner leur bilan, elles sélectionnent étroitement les emprunteurs et deviennent de plus en plus exigeantes quant aux conditions de financement (respect strict des 33% d’endettement, apport personnel obligatoire et conséquent, …). Entre les contraintes réglementaires renforcées (telles que les normes de solvabilité voulues par Bâle 3), l’impossibilité d’imposer l’assurance emprunteur génératrice de commission ou encore le plafonnement des commissions bancaires en cas de découvert, les banques n’ont pas le choix : le crédit immobilier doit redevenir une source de bénéfices pour elles. Aussi, les marges sur intérêt sont nécessaires pour développer leur capacité bénéficiaire. Cela pourrait avoir pour conséquence une légère hausse des taux, surtout pour les emprunteurs « les moins intéressants ». Les jeunes primo accédants à la propriété et les ménages modestes pourraient ainsi se voir proposer des taux moins avantageux que les clients les plus « intéressants » qui peuvent leur garantir d’autres sources de rémunération (commission, collecte d’épargne, assurance vie …).

En revanche, le crédit immobilier reste un produit d’appel pour les banques. L’année 2013 avait été sauvée par le grand nombre de rachats de crédits, mais l’année 2014 pourrait ne pas leur être autant favorable. Pour rester compétitives, les banques sont dans l’obligation d’offrir les taux les plus intéressants à leurs clients. D’autant que le rendement des obligations d’état françaises reste faible et ce niveau détermine en partie les taux d’emprunts immobiliers pratiqués.

De ce double phénomène, on peut tirer une conclusion: les taux devraient rester à un niveau attractif dans les prochains mois pour soutenir le marché du crédit. Néanmoins, on peut s’attendre à ce que les banques maintiennent des conditions d’octroi fermes (apport et situation d’emploi). Pas question pour elles, d’ouvrir en grand le robinet du crédit. Les emprunteurs auront encore tout intérêt à faire appel aux spécialistes à un courtier en crédit pour trouver un établissement préteur et négocier leurs conditions d’emprunt au mieux de leurs intérêts.